Messages reçus


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La forme pensée et ses effets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mili
Admin
Admin


Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: La forme pensée et ses effets   Lun 8 Fév - 16:56

LA FORME-PENSÉE ET SES EFFETS

Occupons-nous maintenant du second effet de la pensée : la création d'une forme définie. Tous ceux qui ont étudié les questions qui nous occupent connaissent l'essence élémentale, cette étrange manifestation à demi intelligente qui nous environne, vivifiant à la fois la matière du plan astral et celle du plan mental.

Cette matière répond ainsi, très facilement, à l'influence de la pensée humaine, et toute impulsion, qu'elle naisse du corps mental ou du corps astral, se crée immédiatement une sorte de véhicule temporaire en s'entourant de cette matière vitalisée.
C'est ainsi qu'une pensée ou qu'une impulsion devient pour un temps une sorte d'entité vivante, dont la forme-pensée sera l'âme et la matière vivifiée, le corps. Les écrivains théosophiques remplacent donc l'ancienne définition, matière astrale ou mentale animée par l'essence monadique à l'un des stades du règne élémental, par le simple mot "d'essence élémentale", et souvent même ils donnent à la forme-pensée le nom "d'élémental". [19] Il pourrait y avoir une variété très grande dans la couleur et l'aspect de ces formes-pensées, car chaque pensée attire autour d'elle la matière appropriée à son expression et met cette matière à l'unisson de sa propre force. Ainsi le caractère de la pensée en décide la couleur, et l'étude des variations et des combinaisons qu'elle peut amener est du plus haut intérêt.
Cette forme-pensée peut être comparée à une véritable bouteille de Leyde : l'enveloppe d'essence vivante étant symbolisée par la bouteille, et l'énergie de pensée par l'électricité qui la charge. Si la pensée d'un homme ou ses sentiments sont projetés dans la direction d'une personne donnée ; la forme-pensée résultant de cette opération ira directement à son but et viendra affecter les véhicules astral et mental de celui qui les recevra. Si la pensée est égoïste, si l'être qui la génère ne songe qu'à lui-même (il en est ainsi la plupart du temps), elle errera constamment autour de celui qui lui aura donné naissance, toujours prête à réagir sur lui-même toutes les fois qu'il se trouvera dans une condition passive. Prenons un exemple : voici un homme qui cède souvent à des pensées impures, il pourra les oublier tant qu'il sera engagé dans le courant journalier de ses affaires, et pourtant les formes-pensées planent au-dessus de lui, semblables à un épais nuage, car toute son activité mentale est dirigée d'un autre côté et son corps astral n'est sensible qu'à des vibrations de même nature. Mais quand les activités extérieures s'atténuent, que l'homme se repose après son travail et que son mental est passif, il sentira la marche insidieuse des vibrations impures se dirigeant vers lui. Si la conscience de cet être est réveillée jusqu'à un certain point, il ne pourra ignorer ce que nous venons d'expliquer et il s'écrira que "cette tentation est l'œuvre du démon" ; pourtant, la vérité est que cet assaut du mal ne vient de l'extérieur qu'en apparence et n'est que la réaction sur lui-même de ses propres formes-pensées.

Chaque homme se meut dans l'espace, enfermé comme dans une cage que lui-même a construite, entouré par la masse des formes-pensées créées par ses activités mentales habituelles ; c'est à travers ce milieu qu'il voit le monde et naturellement il teinte toute chose de sa couleur prédominante, et toute la gamme des vibrations qui l'atteignent est plus ou moins modifiée par [20] sa propre teinte personnelle. C'est ainsi que l'homme ne voit rien avec exactitude jusqu'à ce qu'il ait appris le contrôle complet des sentiments et de la pensée ; jusque-là toutes ses observations doivent se faire à travers son milieu propre, qui déforme et décolore tout, semblable à un mauvais miroir. Si la pensée ne se dirige pas délibérément sur quelqu'un, si elle ne se fixe pas sur l'être à qui elle est envoyée, elle flotte tout simplement dans l'atmosphère rayonnant sans cesse de vibrations analogues à celles qui ont été mises en mouvement par son créateur. Si la pensée n'entre pas en contact avec d'autres corps mentals, cette vibration diminue graduellement d'énergie, et finit par amener la destruction de la forme-pensée ; au contraire, si elle réussit à éveiller dans un corps mental voisin une vibration sympathique, une attraction a lieu entre ces vibrations, et la forme pensée est, en général, absorbée par ce nouveau corps mental.
Ainsi nous voyons que l'influence de la forme-pensée ne s'étend pas aussi loin que celle qui dépend de la vibration originelle, mais dans la limite de son action elle procède avec une précision plus grande.
Son influence sur le corps mental ne donne pas seulement naissance à une pensée semblable à elle-même ; c'est la même pensée qui se reproduit.
Des milliers d'êtres pourront être touchés par le rayonnement dont nous venons de parler et qui produira en eux des pensées de même ordre, pourtant il pourra arriver qu'aucune d'elles ne soit exactement pareille à l'original. La forme-pensée peut n'être absorbée que par quelques personnes, mais, dans ce cas assez rare, elle reproduira l'idée initiale.
La création par vibrations d'une certaine forme, géométrique ou autre, est déjà familière à ceux qui ont étudié l'acoustique, et on reproduit fréquemment dans les laboratoires de physique les figures dites de Chladni.
Nous en donnerons une brève description pour ceux d'entre nos lecteurs qui ne sont pas au courant de ces questions.
Une plaque de résonance de Chladni (Figure 1) est faite en cuivre ou en verre ; des grains de sable fin sont répandus sur cette surface et le rebord de la plaque est légèrement relevé.



Le sable est projeté en l'air par la vibration de la plaque, et en retombant [21] il prend des formes régulières comme dans la Figure 2 :



En touchant le rebord de la plaque sur différents points on obtient des notes différentes et par suite des formes différentes. Si les figures que nous donnons ici sont comparées à celles qui ont été obtenues par la vibration de la voix humaine on pourra observer des ressemblances curieuses. À ce sujet, "Les formes dues à la voix", qui ont été admirablement étudiées et reproduites par Mme Watts Hughes 3, sont de véritables témoins du fait que nous avançons. Il est intéressant de les étudier et l'ouvrage que nous citons devrait être dans les mains de tous ceux qui s'intéressent à ces questions.

Peu de personnes cependant se sont rendu compte que les formes décrites dans cet ouvrage sont dues à l'action et à la réaction des vibrations qui les créent. Beaucoup ignorent également qu'il existe une machine au moyen de laquelle on peut imprimer à un pendule deux mouvements simultanés et, même davantage, et que ces mouvements peuvent être exactement enregistrés au moyen d'un appareil graphique adapté au système. Remplaçons le mouvement du pendule par des vibrations dues au corps astral ou au corps mental et nous aurons devant nous le mode opératoire de la construction des formes par les vibrations astrales ou mentales 4.

Les descriptions qui vont suivre sont empruntées à une étude du plus haut intérêt : "Les formes dues aux vibrations", par [22] F. Brigh Bond, qui, au moyen de pendules, a enregistré un grand nombre de très beaux dessins.



Le pendule est suspendu sur une lame d'acier trempé et ne peut exécuter que des mouvements à angles droits avec la lame. Quatre pendules sont placés deux à deux se mouvant à angles droits les uns par rapport aux autres et reliés par des fils rejoignant les tiges de chaque paire de pendules avec les bouts d'une latte légère mais rigide, du centre de laquelle partent d'autres fils ; ces fils transmettent les mouvements de chaque paire de pendules à un morceau de bois carré léger suspendu au moyen d'un ressort et portant une plume. La plume est ainsi soumise au mouvement combiné des quatre pendules et ce mouvement est enregistré par la plume sur une feuille de papier.
Il n'y a pas de limites théoriques au nombre de pendules qui peuvent être combinés de la sorte. Les mouvements sont rectilignes, mais deux vibrations rectilignes d'amplitude égale, avec une action à angle droit de l'une sur l'autre, donnent naissance à un cercle si les mouvements sont alternativement réguliers, à une ellipse s'ils sont moins réguliers ou inégaux.
Une vibration circulaire peut être aussi obtenue d'un pendule qui se balance librement au centre d'une surface à laquelle on a imprimé un mouvement rotatoire. On a produit de la sorte une merveilleuse série de dessins et leur ressemblance avec les formes-pensées est remarquable.







[23]
Ils suffisent à démontrer combien les vibrations peuvent être facilement transformées en figures. Comparons de la sorte la Figure 4 -C, avec la forme-pensée "la Prière d'une mère" (Figure 12 -:c,). La

Figure 5 -C, avec "les joueurs". La Figure 6 -:c~ avec les formes serpentines de la Figure 19 -:c,. La Figure 7 -:c~ est une illustration de la complication qui peut se présenter. Il est merveilleux de constater que plusieurs des dessins, faits apparemment au hasard par la machine en question, correspondent exactement aux plus hauts types de formes-pensées qui ont été créés dans la méditation. Nous sommes persuadés qu'il y a des mines inépuisables de richesses scientifiques dans le fait que nous venons de citer, et cela bien qu'il faille encore de longues recherches avant que nous puissions affirmer d'une façon certaine la signification exacte de ces phénomènes.
Ceci veut évidemment dire que si deux forces du plan physique, dépendant l'une de l'autre en quelque sorte, peuvent créer une forme qui correspondra exactement à celle qui est produite sur le plan mental par une pensée complexe, cette pensée a dû mettre en mouvement pour être générée, deux forces symétriques du plan mental.
Il reste à voir ce que sont ces forces et comment elles agissent ; si nous sommes jamais capables de résoudre ce problème il est probable qu'il ouvrira pour nous un nouveau champ de connaissances profondément utiles.



3 The Eidophone. Voice figures, par Margaret Watts Hughes.
4 M. Joseph Gould, Stratfort House, Nottingham, fournit le pendule à mouvements combinés qui produit ces merveilleuses figures.



https://www.youtube.com/user/Mili1321/about
https://www.facebook.com/universmili
Revenir en haut Aller en bas
 
La forme pensée et ses effets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Messages reçus :: Méditer :: Les formes pensées-
Sauter vers: