Messages reçus


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 2 - La loi de la prospérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mili
Admin
Admin


Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Chapitre 2 - La loi de la prospérité   Mar 1 Mar - 16:49

CHAPITRE II LA LOI DE LA PROSPÉRITÉ

Oui, le Tout-Puissant sera ta défense et tu ne manqueras point d'or. »
Un des plus grands messages des Écritures à l'homme c'est que Dieu est sa ressource et que, par sa parole, l'homme peut faire surgir tout ce qui lui appartient par droit divin. Cependant, il doit avoir une foi entière dans la parole qu'il prononce.
Esaïe dit : « Ma parole ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins. » Nous savons à présent que les paroles et les pensées ont une puissance vibratoire énorme, qui sans cesse façonne le corps et les affaires.
Une consultante vint un jour me voir, elle était dans un état d'inquiétude extrême et me dit que le quinze du mois elle allait être pour

suivie pour une somme importante. Elle ne voyait aucun moyen de se la procurer, elle était désespérée.
Je lui expliquai que Dieu était sa ressource et que cette ressource existe pour toutes les demandes.
Et je prononçai la parole ! Je rendis grâces de ce qu'elle recevait cet argent au moment opportun et d'une façon convenable. Puis je lui dis qu'il fallait qu'elle ait une foi parfaite et qu'elle agisse selon cette foi. Le quinze arriva et l'argent ne s'était pas matérialisé.
Elle m'appela au téléphone pour me demander ce qu'elle devait faire.
Je lui répondis : « C'est aujourd'hui samedi, vous ne serez donc pas poursuivie. Votre rôle est d'agir comme si vous étiez riche et de faire preuve d'une foi parfaite, une foi qui compte sur la somme pour lundi. » Elle me pria de déjeuner avec elle pour fortifier son courage. Lorsque je la rejoignis au restaurant, je lui affirmai : « Ce n'est pas le moment d'économiser. Commandez un déjeuner fin, agissez comme si vous aviez reçu l'argent sur lequel vous comptiez.
« Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu. » Le lendemain,

elle m'appela de nouveau pour me demander de passer la journée avec elle.
« Non, lui dis-je, vous êtes divinement protégée, et Dieu n'est jamais en retard. »
Le soir, elle me rappela, très émue. « Ma chère, il s'est produit un miracle ! J'étais dans mon salon, ce matin, lorsqu'on a sonné à ma porte. J'avertis la femme de chambre : « Ne laissez entrer personne. » Elle regarda par la fenêtre et me dit que c'était mon cousin, « celui qui porte une grande barbe blanche ».
« Alors, rappelez-le. Je désire le voir. » Il allait contourner le coin de la rue lorsqu'il entendit la voix de la femme de chambre et revint sur ses pas.
« Nous eûmes un entretien d'une heure et au moment de partir, il me demanda : « Ah, à propos, où en sont vos finances ? » Je lui avouai que j'avais besoin d'argent et il me dit : « Eh bien, ma chère, je vous donnerai ces trois mille dollars le premier du mois. » « Je n'ai pas osé lui confier que j'allais être poursuivie. Que dois-je faire ? Je ne recevrai l'argent que le premier du mois et il me le faut pour demain. » Je lui répondis que je continuerai de « traiter » (nous rappelons que traiter en métaphysique, veut dire soumettre une personne ou une situation à l'action de

la prière. N.T.). Et j'ajoutai : « L'Esprit n'agit jamais trop tard. Je rends grâce de ce qu'elle a reçu cet argent sur le plan invisible et de ce qu'il se manifestera en temps voulu. » Le lendemain matin, son cousin l'appela et lui dit : « Passez à mon bureau ce matin, je vais vous remettre la somme. » Ce même après-midi, l'argent était disposé à son compte en banque et elle signait des chèques aussi rapidement que le permettait son émoi.
Si l'on demande le succès tout en se préparant à l'échec, c'est la situation pour laquelle on s'est préparé que l'on obtiendra. Un mon¬sieur vint me demander de prononcer la parole pour que soit annulée une certaine dette. Je m'aperçus qu'il passait son temps à chercher ce qu'il dirait à celui auquel il devait cette somme lorsqu'il ne serait pas en mesure de payer sa note, neutralisant ainsi ma parole. Or, il aurait dû se voir en train de payer sa dette.
Nous avons une merveilleuse illustration de ceci dans la Bible, avec les trois rois qui, dans le désert, sans eau pour leurs hommes et pour leurs chevaux, consultèrent le prophète Elisée. Il leur communiqua cet étonnant message :
« Ainsi parle le Seigneur — faites dans cette

vallée des fosses, des fosses. Vous ne verrez point le vent, vous ne verrez point la pluie, cependant cette vallée se remplira d'eau et vous boirez vous, vos troupeaux et votre bétail. »
L'homme doit se préparer à recevoir ce qu'il a demandé alors qu'il n'y a pas le moindre signe en vue.
Une dame désirait trouver un appartement pendant l'année où il y eut grande pénurie de logements à New York. Cela passait pour impossible et ses amis lui témoignaient leur inquiétude en disant : « Quel dommage, vous allez être obligée de mettre vos meubles en garde et de vivre à l'hôtel. » Mais elle répondit : « ne vous inquiétez pas à mon égard. Je suis superhumaine et j'aurai mon appartement. »
Elle prononça la parole : « Esprit infini, ouvre la voie vers l'appartement convenable. » Elle savait qu'il existe de quoi pourvoir à chaque demande, qu'elle était spirituellement libre, travaillant sur le plan spirituel et « qu'un avec Dieu est une majorité. »
Elle avait l'intention d'acheter de nouvelles couvertures, lorsque « le tentateur », la pensée négative, la raison lui suggéra : « Ne les achète pas, peut-être, après tout, ne trouveras-tu pas d'appartement et tu ne sauras qu'en faire. » Elle se répondit promptement à elle-même : « Je vais « creuser mes fosses » en achetant les couvertures ! » Elle se prépara donc à recevoir son appartement — agit comme si elle l'avait déjà — et en trouva un d'une façon miraculeuse, qui lui fut attribué bien qu'il y eût deux cents autres postulants.
Les couvertures avaient été un acte de foi.
Inutile de rappeler que les fosses creusées par les trois rois dans le désert furent remplies au point de déborder. (Lisez II Rois, 3.)
Se mettre au diapason des choses spirituelles n'est point commode pour la plupart des gens. Les pensées adverses de doute, de crainte surgissent du subconscient. Ce sont les « armées étrangères » qui doivent être mises en fuite. Ceci explique pourquoi il fait souvent « plus sombre avant l'aurore ».
Une grande démonstration est généralement précédée de pensées lancinantes.
Ayant déclaré de hautes vérités spirituelles, on lance un défi aux anciennes idées enfouies dans le subconscient et l'erreur se manifeste qui doit être exterminée.
C'est le moment de faire de fréquentes affirmations, de se réjouir et de rendre grâces de ce que l'on a déjà reçu.

« Avant qu'ils n'appellent, je répondrai. » Ceci signifie que « chaque bon et parfait don » attend que l'homme le reconnaisse, car il lui appartient déjà.
L'homme ne peut obtenir que ce qu'il se voit recevoir.
Les enfants d'Israël reçurent la certitude qu'ils pourraient posséder toutes les terres qu'ils voyaient. Ceci est vrai pour tout homme. Il ne possède que ce qui existe dans sa propre vision mentale. Toute grande œuvre, tout ce qui s'est fait de puissant a été manifester par la vision, or souvent, juste au moment d'une éclatante démonstration, surgissent l'apparent échec et le découragement.
Les enfants d'Israël, lorsqu'ils atteignirent la « Terre Promise», n'osaient y entrer, car, disaient-ils, elle était peuplée de géants qui leur donnaient l'impression d'être des sauterelles. C'est une expérience commune à tous les hommes.
Cependant, celui qui connaît la loi spirituelle n'est point troublé par les apparences et se réjouit tandis qu'il est « encore en cap¬tivité ». C'est-à-dire qu'il persiste à voir la vérité et qu'il rend grâces de ce que tout est accompli, de ce que, déjà, il a reçu.
Jésus-Christ a donné de ceci un merveilleux

exemple. Il a déclaré à Ses disciples : « Ne dites-vous pas, il y a encore quatre mois jus¬qu'à la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux et regardez les champs qui sont déjà mûrs pour la moisson. » Sa vision claire trans¬perçait le monde de la matière et Il voyait nettement le monde de la quatrième dimension, les choses comme elles sont en réalité, par¬faites et complètes en l'Esprit Divin. C'est ainsi que l'homme doit constamment maintenir la vision du but de son voyage et demander la manifestation de ce qu'il a déjà reçu, que ce soit une santé parfaite, l'amour, la prospérité, la faculté de s'exprimer parfaitement, un foyer, des amis.
Toutes ces choses sont des idées parfaites et achevées, enregistrées dans l'Esprit Divin (le superconscient de l'homme), elles doivent se manifester non à lui, mais à travers lui. Par exemple, un homme vint me demander de le « traiter » pour réussir une affaire. Il lui était indispensable de trouver, dans une certaine limite de temps, cinquante mille dollars. Le temps était presque écoulé lorsque, désespéré, il vint me voir. Personne ne voulait lui confier de capitaux et la banque avait catégorique¬ment refusé un prêt. Je lui dis : « Je suppose que vous vous êtes mis en colère à la banque,

perdant ainsi vos forces. Vous pouvez maîtriser toutes les situations si vous savez vous maîtriser vous-même. Retournez à la banque, ajoutai-je, et je vais « traiter ». Voici quel fut mon traitement : « Par l'amour, vous êtes identifié à l'esprit de tous ceux qui sont dans cette banque. Que l'idée divine sorte de cette situa¬tion. » Il s'écria : « À quoi pensez-vous ? C'est impossible. C'est demain samedi, la banque ferme à midi et mon train n'arrive pas là-bas avant dix heures, de plus, le délai expire demain, et de toute façon, ils ne veulent rien entendre. Il est trop tard. » Je lui répondis : « Dieu ne se soucie pas du temps, il n'est jamais trop tard pour Lui. Avec Lui, toutes choses sont possibles », et j'ajoutai : « Je ne connais rien aux affaires, mais je connais bien Dieu. » Il me répondit : « Tout cela est magnifique lorsque je vous écoute, mais une fois sorti, ce sera angoissant. » Il habitait une ville éloignée et je n'en entendis plus parler pendant une semaine, puis une lettre arriva. J'y lus ceci : « Vous aviez raison. J'ai pu emprunter l'argent ; jamais plus je ne douterai de la vérité et de tout ce que vous m'avez dit. »
Je revis ce monsieur plusieurs semaines plus tard et lui demandai : « Que s'est-il passé ?

De toute évidence, vous avez eu le temps nécessaire. » Il me répondit : « Mon train avait du retard, je ne suis donc arrivé à la banque qu'à midi moins un quart. Je suis entré tranquillement et j'ai dit : « Je viens pour l'emprunt », et on me l'a accordé sans objection. »
C'était le dernier quart d'heure qui lui fut alloué et l'Esprit Infini ne fut pas en retard. En cette occasion, cet homme n'aurait jamais été capable de faire seul sa démonstration. Il avait besoin que quelqu'un l'aidât à maintenir la vision parfaite. C'est ce que nous pouvons faire les uns pour les autres.
Jésus-Christ savait cette vérité lorsqu'il a dit : « Si deux d'entre vous s'entendent sur terre pour demander quelque chose, elle leur sera accordée par mon Père qui est aux cieux. » Seul, on est trop absorbé par ses propres affaires, et l'on devient la proie du doute et de la peur.
L'ami, le « guérisseur » voit clairement le succès, la santé ou la prospérité et ne faiblit point parce qu'il n'est pas en cause.
Il est infiniment plus facile de faire une « démonstration » pour autrui que pour soi-même, par conséquent il ne faut pas hésiter à demander de l'aide si l'on se sent faible.
Un puissant observateur de la vie a dit un jour : « Aucun homme ne peut échouer si une seule personne croit à sa réussite. » Tel est le pouvoir de la vision et plus d'un homme a dû sa réussite à une épouse, une sœur ou un ami qui croyait en lui et qui, sans faiblir, sut maintenir la vision du modèle parfait



https://www.youtube.com/user/Mili1321/about
https://www.facebook.com/universmili


Dernière édition par Mili le Mer 2 Mar - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
josy
Astre
Astre


Féminin
Localisation : LES LANDES
Emploi : puericultrice
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 2 - La loi de la prospérité   Mar 1 Mar - 17:06

« Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu. » ,:
 



  Mili
Revenir en haut Aller en bas
Jade2
Admin
Admin


Féminin
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 2 - La loi de la prospérité   Mar 1 Mar - 17:48

Merci Mili.
Lorsque j'ai déménagé en 2 mois en 2008 , j'ai pris la décision en juin pour libérer mon grand appartement fin août. Ça a été miraculeux. Tout est parti très rapidement. J'ai donné et vendu tout. Ça a été incroyable.
Comme quoi si on n'a pas la foi....





"L'amour est la clef" Invité "

C'est quoi l'amour ? Invité L'amour est l'absence de jugement. 
Revenir en haut Aller en bas
Maria
Astre
Astre


Féminin
Localisation : La réunion
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Chapitre 2 - La loi de la prospérité   Mar 1 Mar - 18:25

« Aucun homme ne peut échouer si une seule personne croit à sa réussite. »

« Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu. »

« Si deux d'entre vous s'entendent sur terre pour demander quelque chose, elle leur sera accordée par mon Père qui est aux cieux. »

C'est magnifique...

Merci Mili de nous faire découvrir ce livre merveilleux.

Merci Père merveilleuse sont tes oeuvres.


Revenir en haut Aller en bas
Mili
Admin
Admin


Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Chapitre 2 - La loi de la prospérité   Mer 2 Mar - 16:11

A chaque instant il est fait selon notre foi et il est différent d'espérer et de croire




https://www.youtube.com/user/Mili1321/about
https://www.facebook.com/universmili
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 2 - La loi de la prospérité   Aujourd'hui à 19:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 2 - La loi de la prospérité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Messages reçus :: Méditer :: Le jeu de la vie-
Sauter vers: