AccueilPortailS'enregistrerConnexionJE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Mesduj10JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Jarrme10
-42%
Le deal à ne pas rater :
MINERVA Vélo de ville – 3 vitesses Nexus
79.99 € 139.00 €
Voir le deal

Répondre au sujetPartagez
 

 JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)

Aller en bas 
AuteurMessage
Mili
Admin
Admin
Mili

Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1Ven 17 Jan 2020 - 15:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)

A une certaine époque, du temps de notre vieille croyance théologique, nous avions l’impression que la bonté de Dieu envers nous dépendait de notre vertu ou de notre mérite, et que si nous étions mauvais ou avions péché, Dieu retenait notre bien. S’il est une chose qui doit être claire pour ceux qui sont sur le Sentier Spirituel, c’est ceci : Dieu est AMOUR, Dieu est LOI, Dieu est PRINCIPE, Dieu est INTELLIGENCE DIVINE, et Dieu est VIE ÉTERNELLE.
Si la vie dépendait de notre vertu, et que notre méchanceté pouvait interférer avec la vie, ou si quelque chose pouvait en quoi que ce soit toucher au flot harmonieux de la vie, qu’en adviendrait-il de l’enseignement des Écritures qui déclarent que la vie est éternelle et immortelle ? Disent-elles quelque chose au sujet de cette vie qui est immortelle SI, QUAND ET ALORS QUE VOUS FAITES CERTAINES CHOSES ? NON ! Cela rendrait la vie immortelle dépendante de vous et de moi, et ce n’est pas le cas. La vie immortelle dépend de DIEU, et il n’y a rien que nous puissions faire pour la mériter, et il n’y a rien que nous puissions faire pour provoquer son retrait par Dieu. Nous ne pouvons pas prier pour que Dieu nous donne la vie, et il n’existe aucun péché qui puisse empêcher l’immortalité et l’éternité de la vie.
DIEU EST AMOUR. Alors, que pourrions-nous faire, vous ou moi, pour changer la nature de Dieu ? Est-ce que votre propre enfant pourrait faire quelque chose qui modifierait VOTRE amour pour lui ? Non, évidemment pas, et si, sur le plan humain, nous sommes capables de donner de l’amour à nos enfants même quand ils ne le méritent pas, QUELLE QUANTITÉ PLUS GRANDE D’AMOUR ne s’écoule-t-il pas de notre Père Céleste ?
Pouvez-vous accepter le fait que DIEU EST AMOUR, pas que Dieu est Amour si vous vous conduisez d’une certaine manière, ou pas uniquement quand vous êtes vertueux et méritant ? Pouvez-vous accepter le fait que DIEU EST AMOUR, et que la pluie de Dieu tombe de la même manière sur le juste et sur l’injuste ? Est-ce que le Maître, Jésus le Christ, a refusé le bien ou la guérison parce que quelqu’un était pécheur ? A-t-Il à un quelconque moment demandé aux multitudes s’ils étaient bons ou bien s’ils gaspillaient leur argent ou l’économisaient ? En ressuscitant un mort, demandait-Il si la personne avait été morale ou immorale, honnête ou malhonnête ? Ou, en considérant ce que le monde appelle mort, détruisait-Il toute croyance en elle en ramenant l’individu à la vie ? Nous connaissons tous la réponse à cela. Au cours de Son ministère, Jésus n’a refusé à aucun moment la guérison, les ressources, le pardon, le rétablissement ou l’assagissement à cause du manque de mérite ou d’un temporaire sens du mal de qui que ce soit.
Le principe est celui-ci : puisque DIEU EST AMOUR, notre bien doit être infini sans aucun si, et ou mais, parce que la Grâce de Dieu ne dépend pas de quelque chose que vous ou moi faisons ou ne faisons pas. La Grâce de Dieu ne peut être retenue. Nous pouvons allumer ou non l’électricité, nous pouvons ouvrir ou non le robinet à eau, mais nous ne pouvons mettre en route ou arrêter l’écoulement de Dieu. DIEU EST. DIEU EST AMOUR dans Son achèvement et Sa plénitude.
Réfléchissons à présent à DIEU EST VIE. Ceci ne signifie pas que Dieu est vie à l’âge de six ans ou seize. DIEU EST VIE. Alors, pourquoi n’est-ce pas le cas à soixante, nonante ou cent-vingt ans ? La raison est que les mots je, moi et vous entrent dans l’image, et nous disons MA vie ou VOTRE vie, et immédiatement nous pensons à la date sur un certificat de naissance. Si Dieu est Vie, quelle est l’importance de la date sur un certificat de naissance ? Dieu est la SEULE vie et cette vie est infinie. Alors, est-ce la faute de Dieu si nous changeons, vieillissons, devenons malade, faible et décrépit ? La vie de Dieu est infinie, éternelle et immortelle, et comme c’est la seule vie, nous pouvons oublier MON âge et VOTRE âge.
De la même manière, DIEU EST AMOUR, alors oublions votre conduite et ma conduite. Certains d’entre nous peuvent être parfaitement mauvais aujourd’hui, certains meilleurs, et certains pires. Peut-être certains d’entre nous étaient-ils meilleurs l’année dernière qu’ils le sont cette année, mais l’amour de Dieu pour Ses Enfants n’a pas changé, pas plus que le pouvoir de Dieu ne s’est arrêté. Le bras droit de Dieu est puissant, la main de Dieu ne s’est pas raccourcie. DIEU EST POUVOIR, mais puisque Dieu est Bon, DIEU EST UN BON POUVOIR. Dès lors, Dieu peut-Il retirer l’aide, les ressources ou la paix à quelqu’un ? Non, mais vous et moi pouvons les bloquer en introduisant les mots je, moi et vous. «Je» peut n’être pas méritant, ou «je» peut n’être pas prêt ou avoir suffisamment de compréhension, mais cela ne DÉPEND pas de ma compréhension.
Quand vous aborderez le travail de guérison, les premiers appels viendront pour ce que le monde appelle des « demandes mineures » ; et rapidement vous pourriez commencer à penser : « Oh, j’ai une certaine compréhension, » ou « J’obtiens des résultats grâce à ma compréhension. » Si vous le FAITES, vous ne deviendrez jamais un praticien ou un instructeur réputé, parce que vous ne guérirez JAMAIS grâce à VOTRE compréhension. Dieu soit loué que la Présence et le Pouvoir de Dieu ne soient pas tributaires de MA compréhension !
La guérison est une activité du Christ. La guérison est une activité de la compréhension de DIEU. Nous avons dit MA vie, MA santé, Mes ressources, MA compréhension, et il ne s’agit pas du tout de cela - IL S’AGIT DE LA COMPRÉHENSION DE DIEU. Le Maître a rendu ceci très clair quand il a déclaré que de Lui-même Il ne pouvait rien faire, que c’était l’œuvre du Père au-dedans ; il s’agit donc de la COMPRÉHENSION DU PÈRE. Au moment où nous ouvrons notre conscience à l’écoulement de Dieu et arrêtons tout ce non-sens au sujet de NOTRE compréhension et de NOTRE bon ou mauvais comportement, nous pouvons être certain de ceci : l’écoulement de Dieu gommera et purifiera n’importe quelle erreur qui se trouve dans notre pensée aujourd’hui, et effacera toute pénalité résultant d’une infraction passée. Nous devons arriver à la réalisation que ce n’est pas notre compréhension qui accomplit ceci, mais celle de Dieu, et nous DEVONS sortir des vieilles idées et croyances judaïques d’un Dieu qui punit et récompense. Dieu N’est PAS un Dieu qui punit et récompense. DIEU EST AMOUR. DIEU EST VIE.
Chacun d’entre nous a encore l’une ou l’autre idée de Dieu, qui nous vient des croyances de notre enfance ; elles résultent des enseignements traditionnels et théologiques selon lesquels nous pouvons obtenir la faveur de Dieu grâce à certains actes d’omission ou de commission. Certains croient toujours que la faveur de Dieu peut être obtenue grâce à certaines formes de prières, d’adoration ou de sobriété. Ceci n’est pas vrai. Nous pouvons être certain de ceci : DIEU N’EST PAS INFLUENCÉ PAR L’HOMME ; c’est ainsi, Dieu n’est pas influencé par le vous et le moi individuels. DIEU EST LA LUMIÈRE, et si nous en sortons, nous ne serons pas dans la lumière. La pluie de Dieu tombe, et si nous en voulons, NOUS devons nous exposer à la pluie. DIEU EST, ET DIEU EST AMOUR. Dieu est occupé à déverser Sa GRÂCE INFINIE, et nous ne l’acceptons pas à cause de l’utilisation de mots tels que je, moi, et mien.
Nous devons lâcher la croyance que nous jouons un rôle dans l’obtention de l’Amour de Dieu, de la Grâce de Dieu, de la Générosité de Dieu, et souvenez-vous que le seul rôle que nous jouons est de les accepter en ouvrant notre conscience afin de les recevoir.
Les Écrits de La Voie Infinie contiennent des centaines de vérités, mais en réalité, il n’existe qu’UNE SEULE VÉRITÉ QUE NOUS DEVONS CONNAÎTRE. Cette vérité unique est LA NATURE DE DIEU. Prenez cette unique pensée en méditation. Qu’est-ce que Dieu ? Quelle est la marque distinctive de Dieu ? Quelles sont les qualités de Dieu ? Qu’est-ce que le vrai Dieu ? – pas le Dieu qu’on nous a appris à adorer étant enfants, ou que nous adorons dans notre ignorance. Essayez de vider les outres déjà trop pleines, parce qu’elles ne peuvent être remplies avec le vin nouveau. Videz vos fausses conceptions anciennes et soyez désireux de tout recommencer, même si vous êtes septuagénaire, en admettant que vous ne connaissez pas Dieu ou que vous voudriez démontrer davantage de Grâce de Dieu. Oubliez tout ce que vous avez pensé ou qu’on vous a enseigné au sujet de Dieu et recommencez avec cette question : « Qu’est-ce que Dieu ? » Dès l’instant où vous commencerez à réaliser que Dieu est AMOUR, vous saurez que cet amour s’écoule, sans entrave, de manière illimitée et gratuite, parce que la nature de Dieu est l’Infinité.
Il serait impossible à Dieu de vous donner juste une once d’amour, il serait impossible à Dieu de vous donner nonante pour cent de santé, et il serait impossible à Dieu de nous créer pour soixante, septante ou quatre-vingts années de vie. Il est vrai que nous ne DÉMONTRONS qu’une once d’amour ou d’approvisionnement, et seulement soixante, septante ou quatre-vingts années de vie et de vigueur. Il peut être parfaitement vrai qu’il n’y a pas davantage d’amour qui vienne à nous ou qui émane de nous, mais cela n’a rien à voir avec Dieu. Cela provient de quelque fausse croyance que d’une certaine manière NOUS pouvons, pour autant que nous soyons capable de trouver la formule magique, METTRE EN MARCHE LE BON ÉCOULEMENT DE DIEU, ou que pour une certaine raison nous avons STOPPÉ le Bien Divin. N’est-il pas fantastique de croire que nous ne pourrions vivre que soixante, septante ou quatre-vingts années en bonne santé et vigueur alors que la seule vie que nous ayons est Dieu, et que la vie de Dieu est infinie et qu’elle ne dépend pas de ce que NOUS faisons à ce sujet ? La vie dépend de la capacité de Dieu à maintenir Sa propre vie de manière immortelle, éternelle et indéfinie.
N’est-il pas étrange que la plupart des gens retirent si peu de réconfort de la vie alors que le Maître nous a dit que LA VÉRITÉ EST LE CONSOLATEUR ? Il n’a pas dit qu’Il nous enverrait une QUANTITÉ LIMITÉE de réconfort, mais Il a dit LE CONSOLATEUR – LE SEUL, L’INTÉGRALITÉ DU CONSOLATEUR, et pendant tout ce temps, nous avons dû nous contenter d’une petite portion parce que nous avons cru que c’était tout ce que nous avions gagné ou mérité.
En faisant votre testament, vous ne vous demanderiez pas à combien s’élève le mérite de chacun de vos enfants et concluriez : « Celui-ci a été passablement bon, alors nous lui laisserons un montant équitable ; et celui-ci n’a pas été bon du tout, nous le déshériterons, mais celui-ci a été très bon, alors nous lui laisserons un gros montant. » Non. Vous diriez : « Nous avons trois enfants et nous répartirons équitablement entre eux. » Combien notre Père Céleste se montre-t-Il plus généreux, et COMBIEN PEU LE PÈRE JUGE-T-IL CE QUE NOUS FAISONS ! Dieu ne nous met pas en jugement ou ne nous condamne pas pour nos péchés, parce que la seule raison qui se cache derrière nos péchés, fautes et erreurs, c’est l’ignorance.
Sommes-nous responsables pour notre ignorance ? Non. Nous avons d’abord écouté celui-ci et ensuite un autre, et à cause d’un sentiment d’obéissance, de loyauté et de peur, NOUS AVONS ACCEPTÉ CES FAUSSES CROYANCES, mais nous ne sommes pas punis pour elles.
L’École de la Vie est ouverte à chacun d’entre nous chaque fois que nous souhaitons commencer, ET DANS NOTRE ILLUMINATION NOUS TROUVERONS LA LIBERTÉ. C’est uniquement par ignorance que nous découvrons la discorde, la limitation, le péché, la maladie et la mort. Dans notre ILLUMINATION nous découvrons l’abondance infinie, la liberté, l’immortalité et l’éternité ; alors, quel que soit votre âge, rappelez-vous qu’il n’existe qu’un seul sujet pour lequel vous avez besoin d’être illuminé : QUELLE EST LA NATURE DE DIEU ?
« Dieu est lumière, et il n’y a en lui aucune obscurité. » Pouvez-vous considérer Dieu comme le GRAND AMOUR DE L’UNIVERS en qui il n’y a aucune haine, envie, jalousie, méchanceté, vengeance, ou même aucun souvenir du passé ? Pouvez-vous considérer Dieu comme IMMORTEL, ÉTERNEL ET VIE INFINIE ? Si c’est le cas, vous pouvez apporter l’harmonie dans vos corps et vos vies du jour au lendemain. Ce qui provoque la maladie et le péché dans la chair, c’est uniquement la croyance que VOUS faites ou ne faites pas quelque chose. C’est uniquement la CROYANCE que l’erreur réside au-dedans de vous, ET ELLE N’Y EST PAS. Alors, s’il vous plaît, essayez de vous souvenir de cette vérité : L’HOMME NE PEUT JAMAIS INFLUENCER DIEU. Dieu est tout bien, et la Grâce de Dieu perdure à jamais.
Éliminez l’utilisation de je, moi, mien, et concentrez entièrement votre pensée sur le mot DIEU. Ne pensez plus : «Que suis-je relativement à Dieu ? » Posez-vous ces questions : Dieu retient-Il le bien ? Dieu peut-Il retenir ? Existe-t-il l’une ou l’autre raison pour que Dieu retienne ? Dieu a-t-Il le pouvoir d’interrompre Sa propre bienveillance, Son amour, Sa protection et Son attention ? Il n’y a personne sur cette terre qui soit assez grand pour faire que Dieu en fasse davantage que ce que Dieu Lui-même est en train de faire, et pas de péché suffisamment grand pour empêcher Dieu d’être Dieu.

Au chapitre 15 de Jean, nous lisons :

Je suis le vrai cep et mon Père est le vigneron.
Chaque branche en moi qui ne porte pas de fruit, il la coupe ; et chaque branche qui porte du fruit, il la nettoie, afin qu’elle porte davantage de fruit.
Vous, maintenant, vous êtes nets grâce à la parole que je vous ai dite.
Demeurez en moi, et moi en vous. Comme la branche ne peut porter du fruit d’elle-même, sauf si elle demeure dans le cep, vous ne le pouvez pas non plus, sauf si vous demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les branches. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car sans moi vous ne pouvez rien faire.
Si un homme ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme une branche, et il se dessèche ; alors des hommes les rassemblent, les jettent dans le feu et ils sont brûlés.
Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voulez, et cela sera fait pour vous.
C’est ainsi que mon Père est glorifié, que vous portiez beaucoup de fruit, et c’est ainsi que vous serez mes disciples. Comme le Père m’a aimé, c’est ainsi que je vous ai aimés, continuez à demeurer dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme j’ai gardé les commandements de mon Père, et suis demeuré dans son amour.
Ces choses, je vous les ai dites, afin que ma joie puisse demeurer en vous, et que votre joie puisse être complète.
Ceci est mon commandement, que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés.

A présent, revenons au premier verset : « Je suis le VRAI cep et mon Père est le vigneron » et « Vous êtes les branches. » En pensée, visualisez un tronc d’arbre à partir duquel poussent beaucoup de branches. Maintenant, retirez le tronc. Tout ce que vous avez laissé, c’est plein de branches détachées qui pendent dans l’espace, déconnectées les unes des autres et déconnectées de tout, chacune devant nécessairement se supporter elle-même là haut, dans l’air. Ceci est évidemment impossible, et en peu de temps chacune de ces branches aura utilisé le peu de vie qui était en elle et dépérira.
Maintenant, faisons réapparaître le tronc de l’arbre et voyez ce qui s’est passé avec les branches. Nous les trouvons toutes connectées à l’arbre, et l’arbre lui-même est ENRACINÉ ET ATTACHÉ dans la terre, de laquelle IL TIRE EN LUI tous les éléments de la terre. A PARTIR de cette grande terre dans laquelle l’arbre est enraciné, l’humidité, la lumière, la substance et les minéraux de la terre sont attirés à l’intérieur de l’arbre, et tout ce qui est nécessaire pour la croissance et le développement s’écoule dans les branches.
« Je [le Christ] suis le vrai cep, et mon Père est le Vigneron. » Le Christ est le cep (ou le tronc) et NOUS sommes les branches. Chaque individu semble être une branche complète par elle-même, déconnectée, séparée et à part de chaque autre branche, et chacune se demande probablement comment elle peut se débrouiller toute seule. D’où tire-t-elle sa vie, sa sagesse et ses ressources ? Qu’est-ce qui la soutient ? Chacune se démène, se bagarre et fait son possible grâce à ses efforts individuels pour son bonheur et son salut, comme si ce combat pouvait maintenir et soutenir sa vie. Et ici, les Écritures déclarent clairement que NOUS SOMMES DES BRANCHES, MAIS NOUS SOMMES CONNECTÉS AVEC LE CEP. Le Christ est ce cep ; donc, bien que ce soit invisible pour les sens humains, chaque branche est connectée avec chaque autre branche. Aucun parmi nous n’est séparé et à part des autres, parce que nous sommes tous connectés au cep. Nous appelons cela le Christ, l’Esprit Invisible de Dieu, ou le Fils Invisible de Dieu, et chacun d’entre nous est connecté avec chaque autre à cause de ce cep central ou tronc. Nous découvrons à présent que nous sommes moins dépendants de nos PROPRES pouvoir, force et sagesse parce que nous sommes connectés à ce cep central.
A cause de ce cep, il n’existe pour nous aucun besoin de vivre séparé des autres, ou de lutter et de nous affronter les uns les autres. NOUS SOMMES RÉUNIS DANS LE CEP – NOUS SOMMES UN EN CHRIST.
Nous sommes un en Christ, mais nous faisons un pas de plus en apprenant que MON PÈRE EST LE VIGNERON. Dieu, la Vérité Universelle, la Vie Universelle, l’Esprit Universel, l’Amour Infini, est le vigneron, ou l’équivalent de la terre dans laquelle l’arbre est enraciné et attaché. Nous sommes des branches connectées de manière invisible au cep qui, à son tour, ne fait qu’un avec Dieu. « Moi et mon Père sommes un. » « … le Père est en moi, et moi en lui » et c’est ainsi que ce Christ invisible, le tronc invisible de l’arbre ou le cep enraciné et attaché en Dieu REÇOIT TOUT LE BIEN EN LUI ET LE DÉVERSE EN NOUS. Ne voyez-vous pas que notre approvisionnement ne dépend pas de nous, pas plus que l’approvisionnement de la branche de l’arbre ne dépend d’ELLE-MÊME ? La branche ne dépend que de son CONTACT avec le cep, et du contact du cep avec le sol, le vigneron, ou le Père au-dedans.
Dans notre expérience, ce principe fonctionne un peu de cette manière : en tant qu’étudiant, vous êtes une branche, et quand vous rendez visite à un instructeur ou un praticien, il peut temporairement être le cep, le Christ – cependant cela n’est vrai que SI l’instructeur sait que de lui-même il n’est rien sinon ce cep. Dieu, le Père au-dedans est le vigneron, et l’instructeur ne fait qu’un avec le vigneron. Dans cette unicité avec Dieu, le vigneron, toute la vérité, la guérison et le pouvoir d’approvisionnement S’ÉCOULENT DEPUIS LE PÈRE, A TRAVERS LUI, vers vous.
C’était grâce à cette réalisation que le Maître était capable de nourrir et de guérir les multitudes ; et grâce à cette même réalisation, n’importe quel instructeur ou praticien peut être une avenue à travers laquelle le Bien s’écoule vers vous. Cela dépend-t-il de vous ? Non. Cela dépend-t-il du praticien ou de l’instructeur ? Non. Cela dépend de la GRÂCE DE DIEU QUI S’ÉCOULE A TRAVERS LE CEP DANS LES BRANCHES, et aussi longtemps que le cep demeure enraciné et attaché à Dieu, Dieu S’écoule continuellement en vous à travers le cep.
Souvenez-vous, je vous prie, que vous n’aurez pas toujours besoin d’un instructeur ou d’un praticien pour être votre cep. Il s’agit simplement d’une relation temporaire. Le Maître a déclaré à Ses disciples « … si je ne m’en vais pas, le Consolateur ne viendra pas à vous … » En d’autres mots, APRÈS que la vérité ait été démontrée par le contact avec un instructeur ou un praticien, et après que vous ayez acquis la sagesse de réaliser que la guérison ne venait pas DE lui, mais seulement A TRAVERS lui depuis le Père au-dedans, vous êtes prêt pour le pas suivant.
C’est alors que vous réaliserez : « Le Christ Invisible, le cep, n’est pas nécessairement une personne, pas même un Jésus, mais le Christ est la partie invisible elle-même de MOI. Dès lors, je, en tant que la branche, suis connecté avec cette partie invisible de moi ; et elle, à son tour, est enracinée et ancrée en Dieu. ELLE est le Fils de Dieu en moi. Ainsi, le Christ est dans le Père, et le Père est en moi. » Cette réalisation est la Vérité qui guérit.
A ce stade, vous pouvez vous demander s’il y a quelque chose que vous pourriez faire ou ne pas faire qui pourrait arrêter ce flux de bien. Oui, il y a une chose. Vous pourriez OUBLIER qu’il y a un cep invisible auquel vous êtes connecté. Vous pourriez OUBLIER que le Père est le vigneron, et que tout le bien de Dieu est en train de s’écouler. Vous pourriez commencer à croire que je suis séparé et distinct de vous ou que vous êtes séparé et distinct de moi, et que, si vous me reteniez quelque chose, vous en profiteriez. « Je suis le cep, vous êtes les branches ; celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car sans moi vous ne pouvez rien faire. » A MOINS QUE VOUS NE RECONNAISSIEZ VOTRE UNICITÉ AVEC LE CEP INVISIBLE, LE FILS DE DIEU DE VOUS, VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE. Vous serez éliminé, et vous serez une branche qui utilisera ses petits trois fois vingt ans plus dix de vie, et finalement vous vous dessécherez et tomberez. Vous êtes éliminé, PAS par Dieu, mais parce que « vous n’êtes pas demeuré en MOI et n’avez pas laissé MES paroles demeurer en vous. »
Au moment où vous vous mettez en dehors en tant que branche et oubliez votre union avec le Christ Invisible, uniquement parce que vous ne pouvez le voir, l’entendre, le goûter, le toucher ou le sentir et décidez ainsi que vous ne l’avez pas – « Ô vous, gens de peu de foi » – vous serez éliminé. Rappelez-vous toujours, même dans vos ennuis les plus désastreux, dans vos pires maladies, ou dans votre péché le plus horrible, QUE VOUS ÊTES TOUJOURS CONNECTÉ AVEC CE CEP INVISIBLE, ET QU’IL EST A SON TOUR ENRACINÉ ET ANCRÉ DANS L’INTÉGRALITÉ DU PÈRE, L’INTÉGRALITÉ DU VIGNERON. La nature même de Dieu empêche Dieu de retenir Son écoulement dans le cep, et à travers le cep en vous et en moi. « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez tout ce que vous voulez, et ce sera fait pour vous. » Mais cela ne signifie pas que vous deviez demander dans le sens de « Donne-moi une plus belle maison et une meilleure automobile. » Non, non, non. Vous devez simplement demander tout ce que vous voulez, pour autant qu’il s’agisse de la perpétuation de la Grâce Infinie, de DEMANDER LA RÉALISATION CONSTANTE DE L’OMNIPRÉSENCE.
« Vous demandez et ne recevez pas, parce que vous demandez mal »… Dieu est Esprit et on ne doit pas demander à l’Esprit des choses matérielles. C’est exactement ce que nous faisons quand nous prions pour des CHOSES, et alors nous nous étonnons de ne pas les recevoir. C’est alors que quelqu’un pourrait dire : « Oh mais vous n’allez pas à l’église assez souvent, et vous n’êtes pas très gentil ni indulgent, et vous ne faites pas la vaisselle à midi, vous n’êtes donc pas très méritant. »
DIEU EST LE PÈRE INFINI. Pensez à quel degré vous êtes un père ou une mère, et pensez alors à Dieu en tant que Père INFINI. Dieu est Père Infini, Il ne fait acception de personne, et à travers le cep invisible Il nous remplit continuellement de tout ce qui est nécessaire à notre épanouissement. « C’est ainsi que mon Père est glorifié, lorsque vous portez beaucoup de fruits … » Comprenez-vous la signification de cela ? Votre Père est glorifié UNIQUEMENT dans la mesure où vous portez beaucoup de fruits, de riches fruits. Votre Père n’est pas glorifié quand vous faites des économies de bouts de chandelle, ou en allant dans un magasin pour y acheter les morceaux de viande et les produits les moins chers. Votre Père n’est pas glorifié quand vous roulez dans une voiture de troisième main. Non, non, non, cela ne glorifie pas le Père.
Le Père n’exige pas que vous ayez quelque chose dans le royaume matériel, mais CE QUE VOUS AVEZ DE BIEN N’EST QUE L’ÉVIDENCE DE LA GLOIRE DU PÈRE ET NON LA VÔTRE. Si vous avez une belle maison ou un bon revenu et que vous commencez à croire que vous en êtes la cause en raison de VOTRE compréhension ou de votre bonté personnelle, ne vous étonnez pas si vous en êtes privé. Ce pourrait être parce que vous étiez occupé à glorifier vos propres qualités, votre propre nature, votre propre caractère, et vous ne possédez pas ces choses. « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon, à l’exception d’un seul, qui est Dieu, » et quand vous réalisez : « LA GLOIRE DE DIEU S’ÉTALE GRÂCE AU BIEN QUI M’EST ADVENU, » vous pouvez même espérer une plus grande réussite PARCE QUE VOUS AVEZ RECONNU LA SOURCE. « Dans toutes tes voies, reconnais-LE » et Il te donnera un bien illimité et abondant. « SI vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour. »
Le Maître ne nous a donné que deux commandements, l’un vous enjoignait d’aimer Dieu, et l’autre d’aimer votre prochain comme vous-même, et COMMENT pouvez-vous aimer Dieu sinon en Le réalisant en tant qu’Amour ? Comment aimer Dieu si vous croyez qu’Il vous retient un certain bien, vous punit ou vous fait quelque chose que vous ne feriez pas à vos propres enfants ? Vous ne pouvez aimer et honorer Dieu que si vous pouvez Le voir comme GLORIEUX, VIE INFINIE – VIE SANS ENTRAVE, SANS OBSTACLE ET INDIFFÉRENT A LA VERTU OU AUX TRANSGRESSIONS DE L’HOMME. Aimer Dieu et votre prochain comme vous-même, c’est visualiser cet arbre et vous souvenir que chaque branche est votre prochain, et que votre prochain tire son bien A PARTIR DU PÈRE, LE VIGNERON, A TRAVERS LE MÊME CHRIST INVISIBLE. 
Occasionnellement, il peut être nécessaire, même si vous prononcez la prière pour votre prochain, que vous lui prêtiez ou donniez temporairement certains biens de ce monde, afin de l’aider à franchir une phase aiguë de pénurie ou de limitation ; mais vous n’aurez jamais à vous charger de soutenir ou supporter continuellement le pauvre méritant, PARCE QU’IL N’Y AURA PAS DE PAUVRE MÉRITANT SI VOUS AIMEZ VOTRE PROCHAIN COMME VOUS-MÊME. Chaque fois que vous voyez un individu confronté à une certaine forme de péché, maladie, pénurie, limitation, difformité, ou même à la mort, ayez juste une vision fugitive de notre arbre et réalisez silencieusement : « Merci Dieu pour ce tronc. » Ce tronc nous rassemble dans l’unicité et rend capable chacun d’entre nous de puiser dans la Source Infinie et pas les uns chez les autres. C’est ainsi que vous aimez Dieu suprêmement et votre prochain comme vous-même, parce que vous connaissez au sujet de votre prochain la même VÉRITÉ que celle que vous connaissez à votre sujet.
Le Maître a été très précis pour décrire le « prochain », de sorte que nous ne devrions commettre aucune erreur. Votre ennemi est votre prochain. Quand vous priez pour votre prochain, soyez certain d’y inclure votre ennemi. Car, à moins que vous ne priiez pour ceux qui vous persécutent et vous maltraitent, et leur pardonniez jusqu’à septante fois sept fois, vous aimez uniquement CERTAINS prochains, et des gens ont eu un tas d’ennuis à cause de cela.
« Aucun homme n’a un plus grand amour que celui-ci : qu’un homme sacrifie sa vie pour ses amis. » Nous sacrifions notre vie chaque fois que nous déclarons : « Je n’ai aucune vie – Dieu est MA vie et Dieu est VOTRE vie. » Dieu est la SEULE vie, le SEUL amour, la SEULE substance, et le SEUL approvisionnement. Chaque fois que vous vous tournez vers la Vérité, quelqu’un abandonne son sens personnel de la vie dans la réalisation que sa vie, puisqu’elle est la vie de Dieu, est VOTRE vie. Votre vie, étant la vie de Dieu, est SA vie, et elle est la VIE UNIQUE. Alors, quand nous renonçons à ce sens personnel de la vie et déclarons : « Ceci n’est pas ma vie, ceci est la vie de DIEU, qui est la mienne, » automatiquement, nous disons au-revoir à une durée de soixante ou septante ans et sommes ressuscités dans la RÉALISATION DE DIEU COMME ÉTANT L’INFINITÉ DE NOTRE VIE.
Dans ces passages de Jean, nous captons la véritable vision de Dieu, l’Infini Invisible, comme étant la source de tout bien et qu’Il ne peut, en aucune manière, en retenir aucun. Dieu est pour toujours en train de Se déverser individuellement dans ce que nous appelons le Fils de Dieu, le Christ, qui est la partie invisible de vous ; et alors, à travers ce vous invisible, Il Se déverse dans le corps physique et dans le mental, dans l’Âme et l’Esprit de l’être individuel, afin DE DÉMONTRER LA GLOIRE DE DIEU. Nous sommes avertis que la branche NE PEUT, d’elle-même porter des fruits, et qu’il ne peut donc exister de bonté, de santé ou de richesse personnelles. La branche doit les tirer A TRAVERS le cep, DEPUIS la Divinité.
« Chaque branche en moi qui ne porte pas de fruits est retranchée » pourrait vous porter à croire qu’après tout Dieu punit un peu, mais ce n’est pas vrai. SI VOUS NE DEMEUREZ PAS DANS CETTE VÉRITÉ, si vous ne maintenez pas votre unicité consciente avec le Christ AU-DEDANS de vous, et A TRAVERS LUI votre unicité avec le Père, vous serez éliminé. Ce sera VOUS qui vous séparerez de la Grâce de Dieu, et donc serez éliminé, détruit, brûlé et réduit en cendres. DEMEURER dans cette vérité, c’est vivre et avoir votre mouvement et votre ÊTRE dans cette conscience de votre unicité avec le Christ, et l’unicité du Christ avec le Père.
Naturellement, ceci ne signifie pas que vous êtes connecté avec des gens, mais connecté avec l’Invisible, de sorte qu’où vous vous trouviez, au milieu de l’océan ou dans le désert, vous pourriez dire « Ah, mais je suis TOUJOURS une branche dans le cep, et le cep est TOUJOURS connecté avec le vigneron, Dieu, et c’est pourquoi le lieu où je me tiens est Terre Sainte. » Chaque fois que nous entretenons des pensées d’impuissance et de désespoir, c’est comme si nous reconnaissions que nous sommes une branche retranchée du cep, et le cep du vigneron, et que nous ne pouvons pas atteindre l’un et l’autre ; pourtant, Il est continuellement juste là où nous nous trouvons, IL est au-dedans de vous, et IL est connecté à L’OMNIPRÉSENCE.
« Je vais vous préparer une place … afin que là où je suis vous puissiez être également. » Vous pourriez vous demander : « Où est JE SUIS ? » Partout où vous dites « JE SUIS, » c’est où je suis, et là où JE SUIS, c’est où vous êtes. Où que vous soyez, il y a le cep, et le Père, le Vigneron – le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
Vous devez toujours vous rappeler que le Vigneron, Dieu, ne donne pas et ne retient pas – IL EST, TOUT SIMPLEMENT, CONTINUELLEMENT. Le cep de vous, le Christ, ne porte pas de jugement, mais est ici pour bénir et pour pardonner, pour approvisionner et pour aimer. Quelle était la mission du Maître ? « Allez rapporter à Jean ces choses que vous entendez et que vous voyez : les aveugles reçoivent leur vision, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts sont ressuscités et on prêche l’évangile aux pauvres. » Le Christ est là pour soutenir, approvisionner, maintenir, guérir, pardonner et régénérer. Il est ici pour ressusciter hors du tombeau et POUR AMENER L’ASCENSION.
Il n’y a pas un mot dans l’entièreté du message et de la mission du Maître qui fournit la moindre raison à une auto-condamnation. « Je ne te condamne pas non plus, va et ne pèche plus. » Si vous retournez au vieil état de conscience matériel et ne demeurez pas dans la parole, vous serez éliminé encore et encore. Chaque fois que vous oubliez que vous êtes une branche connectée au cep invisible, qui est lui-même connecté avec le vigneron, le Père au-dedans, vous commettez un péché. Vous pourriez être douze fois prodigue si ça vous chante, mais VOUS paierez l’amende.
Si vous revenez à la croyance en une individualité séparée et en dehors de Dieu – une branche qui pend dans l’espace – vous amènerez sur vous le manque et la limitation en matière d’approvisionnement, de santé, de force et d’éternité, mais « si vous demeurez en moi, et moi en vous, vous demanderez ce que vous voulez, et cela sera fait pour vous. C’est en ceci que mon Père est glorifié, que vous portiez beaucoup de fruits … et ainsi vous serez mes disciples. »

Joël Goldsmith


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Mili le Mar 21 Jan 2020 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maria
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Maria

Féminin
Localisation : La réunion
Date d'inscription : 20/02/2012

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: Re: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1Ven 17 Jan 2020 - 16:47

Merci Mili

J'aime cet auteur.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Dania
modérateur
modérateur
Dania

Féminin
Localisation : à la campagne!
Emploi : retraitée
Date d'inscription : 04/02/2014

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: Re: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1Ven 17 Jan 2020 - 18:05

Merci Mili JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) 004


La gratitude peut transformer votre routine en jours de fête  (William Arthur Ward)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Mili
Admin
Admin
Mili

Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: Re: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1Sam 18 Jan 2020 - 14:47

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) 004


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julia maria
Astre
Astre
Julia maria

Féminin
Localisation : 43
Date d'inscription : 10/07/2016

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: Re: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1Mer 22 Jan 2020 - 7:57

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) 327977 superbe texte, merci MILI
Revenir en haut Aller en bas
Mili
Admin
Admin
Mili

Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: Re: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1Mer 22 Jan 2020 - 16:13

JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) 004


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Empty
MessageSujet: Re: JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)   JE SUIS LE CEP  (Joël Goldsmith) Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
JE SUIS LE CEP (Joël Goldsmith)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Messages reçus :: A la une-
Répondre au sujetSauter vers: