Messages reçus
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerConnexionL'argent Mesjou11L'argent Lejard10
Le deal à ne pas rater :
WD Red™ – Disque dur Interne NAS – 4To
87.99 €
Voir le deal

 

 L'argent

Aller en bas 
AuteurMessage
Mili
Admin
Admin
Mili

Féminin
Date d'inscription : 12/08/2005

L'argent Empty
MessageSujet: L'argent   L'argent Icon_minitime1Sam 19 Sep 2020 - 16:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L’argent


L’argent fait partie de la vie humaine telle que nous la connaissons dans notre incarnation. Il est le symbole par lequel peut s’exprimer le pouvoir, la possession, le manque, la peur de manquer, mais aussi l’amour de l’autre, la générosité, la bonté. Il est un support matériel qui nous aide à apprendre et élever notre conscience.

L’argent par lui-même n’est ni bon ni mauvais. L’argent est neutre. C’est l’état de conscience avec lequel s’en sert l’humain, qui lui donne une valeur positive ou négative.

Si un être utilise l’argent afin de satisfaire son désir de pouvoir et de domination, ce n’est pas parce que l’argent est mauvais. C’est dû à la conscience de cet être qui est dans l’illusion et l’erreur.

Si une personne aime l’argent au point de nuire à autrui, si cette personne est prête à n’importe quoi afin de posséder plus d’argent, ce n’est pas parce que l’argent est mauvais, mais parce que l’état de conscience de cette personne est erronée parce que basé sur des valeurs fausses dues à l’illusion de la séparation.

Si, encore une autre personne craint tant de manquer d’argent qu’elle devient avare, ne sait ni donner, ni partager, se prive elle-même afin d’économiser, ce n’est pas que l’argent soit mauvais, c’est que cette personne vit dans un univers mental où règne l’illusion du pouvoir matériel d’où est absente la conscience d’abondance divine.

Si quelqu’un que vous connaissez vit dans le manque et que sa vie n’est que misère, ce n’est pas que l’argent soit mauvais. C’est que cet être n’est pas éveillé à l’abondance divine qui est notre héritage divin.

Et si une personne généreuse fait des dons à des œuvres, gâte son entourage, ce n’est pas que l’argent soit bon. C’est qu’elle est dans la conscience de l’amour de l’autre et du partage.

Si un être vit dans l’abondance, qu’il semble attirer l’argent à lui, ce n’est pas que l’argent soit bon. C’est que cet être est dans la conscience de l’abondance et que le manque ne fait pas partie de sa forme de penser.

L’argent est neutre et n’est qu’un support pour exprimer notre état de conscience.

Jésus a dit :

« « Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »

La religion s’est servi de cette parole afin de nous faire croire que le Père nous voulait pauvres et misérables (tandis que cette même église accumulait les richesses)

Quel père humain voudrait voir son enfant dans le manque ? Si l’humain avec toutes les imperfections de son mental ne peut que désirer voir son enfant posséder ce dont il a besoin, comment le Père Céleste qui est Amour Parfait pourrait se complaire à nous voir souffrir et manquer ?

Ce que Jésus nous explique c’est qu’il est nécessaire de ne pas donner plus d’importance à nos biens terrestres qu’ils n’en ont. Ce jeune homme veut suivre Jésus mais ne peut se résoudre à lâcher ses richesses et renonce à la voie divine par amour de la richesse.

Ce genre de comportement est courant. Cela n’a même rien à voir avec la grandeur de la fortune. L’humain s’accroche à ses possessions, ou, plus exactement, ce qu’il croit posséder. Il quitte le chemin du royaume de cieux et adore le veau d’or.

Voici un extrait du sermon sur la montagne :

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. C'est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? De quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. »

Oui c’est le bon vouloir du Père que nous ayons tout ce dont nous avons besoin et avec un divin surplus.

Alors pourquoi tant de misère ? Cette misère qui règne sur la terre n’est pas le fait de Dieu mais de l’humain. Le Père nous laisse libre d’expérimenter, de voyager dans l’illusion d’être loin de la conscience de Sa pensée. Nous sommes l’enfant ingrat qui est parti dilapider son héritage. Nous sommes en le Père, le Père est nous, et nous n’en avons pas conscience. Nous nous mouvons dans un monde d’illusions ou règnent la peur et la terreur, un monde de chaos. Notre conscience est dans une telle confusion que ce film illusoire devient notre réalité.

Mais tout comme le fils prodigue est retourné chez son Père qui a fait un grand banquet pour l’accueillir, nous aussi nous pouvons revenir dans la conscience de la Présence.

Ne prêtez pas votre attention aux idées reçues de l’entendement collectif vis-à-vis de l’
argent. Apprenez à l’aimer comme un symbole de l’abondance mais à ne pas l’adorer. Considérer l’argent comme un courant divin. Cet argent circule dans votre vie. N’arrêtez pas son courant en voulant le retenir ou en ayant peur qu’il manque.

Apprenez aussi que sur cette terre rien ne nous appartient. Nous ne sommes que locataires.

Jésus nous a dit :

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. »

Si nous apprenons à garder notre regard sur la Présence, non seulement nous ne manquerons de rien mais il y aura toujours un divin surplus dans notre vie.

Désirer un bien matériel n’est pas mal en soi. Mais accumuler dans le plaisir de posséder n’est pas le comportement digne de l’enfant divin que nous sommes. Partagez ce que vous avez dans la conscience de l’Amour et de la connaissance que le Père pourvoit à tous vos besoins.

Si vous êtes dans le manque, ramenez votre conscience sur la Présence dans la confiance. Répétez-vous des phrases positives et justes afin de conditionner votre subconscient sur la réalité de l’abondance divine. Tout ce dont nous avons besoin, tout ce que nous pouvons désirer, existe dans l’invisible. Pour qu’il devienne réalité tangible, il suffit de notre foi en son existence.

Méditez sur la circulation de l’
argent en tant que courant divin. Lorsque vous payez une facture, réjouissez-vous et remerciez le Père de pouvoir la payer. Si vous ne pouvez la payer, alors tournez-vous confiant vers le Père et restez dans l’expectative joyeuse de la facture payée.

Abstenez-vous de juger autrui sur son comportement face à l’
argent. Chacun de nous a suffisamment à faire avec sa propre vie sans juger celles des autres. De plus lorsque vous jugez l’autre en le traitant de voleur, de cupide, ou bien en regardant avec mépris celui qui connaît le manque, vous vous abaissez vibratoirement au même niveau que celui que vous jugez.

Merci Père de pourvoir à tous mes besoins, quels qu’ils soient, à chaque instant. Je te remercie que par Ta grâce, ma conscience s’éveille chaque jour un peu plus à Tes Merveilles et à Tes biens-faits innombrables.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 
L'argent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Messages reçus :: A la une-
Sauter vers: